samedi 13 janvier 2018

Commentaire

« Un commentaire à un article récent m'interrogeait sur la possibilité pour Zola d'avoir lu "Le Dormeur du Val" tant une image semblait s'imposer à lui dans les mêmes termes que ceux du sonnet de Rimbaud. Il va de soi que l'image au fond du mur dans une église du soldat mort que l'ange attend au ciel est une clef de compréhension iconographique du sonnet républicain de Rimbaud où l'idée de résurrection christique est présente, mais Dieu est alors remplacé par la Nature et le soleil : "Nature, berce-le" et "Il dort dans le soleil".»

mardi 9 janvier 2018

Commentaire

Cher Docteur, ne dévoilez pas toute vos trouvailles : nous n'aurons plus rien à lire le moment venu.

En somme, c'est toujours pareil, l'auteur principal peut inventer mille personnages, à la fin, celui qui écrit est seul, avec plein de voix autour. 

La marquise de Merteuil c'est Laclos, n'est-ce pas ?

lundi 8 janvier 2018

Commentaire

Madame Bovary souffre d'étiolement : Madame Bovary s'étiole : Madame Bovary avale de l'arsenic et meurt d'étiolement.

Au fil des pages, le compte en banque de Charles Bovary s'étiole considérablement.

Le nombre d'amants connus de Madame Bovary s'étiole aussi.

L'étiolement serait donc une «nécessité de l'existence» : la preuve : Madame Bovary ne lit pas de livre de philosophie. Et à ce jour aucun traité de philosophie n'a pour auteur Madame Bovary. 
Et pourtant, Madame Bovary s'étiole.

Lire des livres de philosophie étiole-t-il le lecteur ou bien faut-il avoir contracté l'étiolement pour écrire des livres de philosophie ?

Mais pourquoi donc l'étiolement serait-il une «nécessité de l'existence» ?

Le lecteur doit patienter encore un peu : le lecteur remercie le Docteur S. :  Apercevoir la prochaine prescription est déjà un soulagement.

La lecture du traité sur l'étiolement du Docteur S. ralentira-t-elle le processus d'étiolement du lecteur ?

Ce rapport n'est-il pas un «fake» ?

Je me demande si le Professor Sampson n'est pas le Docteur S. himself.

« De l'art de s'étioler avec autrui à la bonne franquette» c'est le titre d'un chapitre du traité sur l'étiolement du Docteur S.
C'est aussi ce qu' Alf aurait pu dire à sa presque fiancée hier après-midi quand l'Adorable lui proposa de partager son bain.

Et d'une certaine façon c'est ce qui arriva.



dimanche 26 novembre 2017


Post-Exotique 30


Je reviens deux trois minutes sur le compte rendu de « Enluminures (painted plates) » concernant la mise à jour du site d'Alain Bardel par Alain Bardel.

J'ai eu l'autre jour au téléphone — Au téléphone ! Moi, un personnage presque fictif ! J'ai donc eu au téléphone un membre des Rassis de Rimbaud. Ce Rassis m'a appelé : Il n'était pas sûr de ma consistance.

Ce “ Cochon de Morin  est un conte de Guy de Maupassant considérable.

Ce coup de téléphone m'a appris de quelle façon les Rassis de Rimbaud désignent quand ils sont entre eux l'administrateur du site récemment et dans tous les sens mis à jour : les Rassis de Rimbaud s'inspirent directement et dans tous les sens du conte de Guy de Maupassant considérable.

J'ai préparé hier soir très vite une omelette aux pommes de terre avec 7 belles patates et 6 œufs frais accompagnée d'une salade du jardin. Il reste une part d'omelette aux pommes de terre que je mangerai tout à l'heure : c'est maintenant.

Tout en mangeant la part restante d'omelette aux pommes de terre, j'affirme : —  je suis l'inventeur de la formule : « l'apprenant Arthur Rimbaud ». 

Comme j'avale la dernière bouchée de mon omelette aux pommes de terre froide je dis : — Alf, tu es l'inventeur de cette extravagante intuition :  La grammaire nationale, posée là sur le large buffet, ne serait-elle pas le livre du devoir des Poètes de sept ans 

Et c'est tout.

Il va y avoir un pélican, des bateaux, des voix. De la neige. Et peut-être à la fin : l’œil du pélican.